Regarder et Prier Marie à la lumière du vitrail

 
       
 

 

 

 

               Le diaporama propose de contempler le REGARD DE MARIE,                  selon la recommandation de Jean-Paul II au cours de l'Angelus du 27 octobre 2002 :

"De la conception jusqu'à la Résurrection et l'Ascension au Ciel de Jésus, sa mère a tenu sur son fils divin le regard de son cœur immaculé : un regard interrogatif, un regard pénétrant, un regard douloureux, un regard radieux. C'est ce regard marial, empli de foi et d'amour, que le Chrétien et la Communauté ecclésiale adoptent lorsqu'ils récitent le Rosaire"

Le diaporama (extraits ci-dessous) se déroule en plusieurs phases, et ceci après une première prière inspirée par le poème "VISITE A NOTRE DAME" de Paul CLAUDEL.

Visite à Notre Dame  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

haut de la page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

haut de la page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

haut de la page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

haut de la page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

haut de la page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

haut de la page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

haut de la page

 
Héritière de la promesse,

Mère de Jésus

 
Servante du Seigneur  
Tu es bénie

entre toutes les femmes

 

Et Jésus, ton enfant,

est béni

 
Nous avons vu

son étoile en Orient,

et nous sommes venus

 l'adorer

 
Mère de Jésus  
Le premier des signes

 de Jésus

 
Stabat Mater Dolorosa  

Mère

de

l'Eglise

 

de la Dormition

à la Glorification

 

Reine des Cieux,

Mère de Dieu,

Mère des Hommes

 

                L'ACTION DE GRACE DU PECHEUR
                   (de Paul Verlaine dans : "Sagesse")


Je ne veux plus aimer que ma mère Marie,
Tous les autres amours sont de commandement.
Nécessaires qu'ils sont, ma mère seulement
Pourra les allumer aux cœurs qui l'ont chérie.

                                 C'est pour Elle qu'il faut chérir mes ennemis,
                                 C'est pour Elle que j'ai voué ce sacrifice,
                                 Et la douceur de cœur et le zèle au service,
                                 Comme je la priais, Elle les a permis.

Et comme j'étais faible et bien méchant encore,
Aux mains lâches, les yeux éblouis des chemins,
Elle baissa les yeux et me joignit les mains,
Et m'enseigna les mots par lesquels on adore.

                                C'est par Elle que j'ai voulu de ces chagrins,
                                C'est par Elle que j'ai mon cœur dans les cinq plaies
                                Et tous ces bons efforts vers les croix et les claies,
                                Comme je l'invoquais, Elle en ceignit mes reins.

Je ne veux plus penser qu'à ma mère Marie,
Siège de la Sagesse et source des pardons,
Mère de France aussi, de qui nous attendons
Inébranlablement l'honneur de la patrie.

                                Mère immaculée, amour essentiel,
                                Logique de la foi cordiale et vivace,
                                En vous aimant qu'est-il de bon que je ne fasse,
                                En vous aimant du seul amour, Porte du Ciel ?